LE BONUS (MALUS ?) PATER FAMILIAS

Fallait-il – faut-il – continuer en Droit moderne à se référer au bonus pater familias ? Pour y répondre, rappelons ce qu’était cette institution archaïque(1) . 

 

C’est le Digeste (2)  qui la définit comme « L’ensemble de ceux sous la puissance [sub potestate] d’un seul ». C’est ainsi que le mot familia sert aussi à désigner l’ensemble des esclaves et/ou domestiques d’une même maison. Cette potestas exercée par le « chef » de famille s’avère totale : avec droit de vie et de mort. Sur l’épouse, le mari aura la haute main (la manus)(3) . C’est ainsi que deux mille épouses ou filles romaines furent égorgées en une seule journée dans les maisons de leur père ou mari pour avoir participé aux bacchanales.

 

Ce quadrillage quasi militaire de la société par la famille patriarcale s’accompagne de lois diverses « incapacitant » la femme. Telle est la lex Voconia qui, en – 169, rendait les femmes incapables de recevoir une succession de plus de 25.000 sesterces ou la loi interdisant à la femme de témoigner (elle est intestabilis)(4)  ou que l’on prononçât l’éloge funèbre d’une femme.

 

Voilà pourquoi le « B.P.F. » faisant partie intégrante de la propagande patriarcale, il y a lieu – dans une société basée sur l’égalité juridique et le respect naissant des valeurs féminines – de le remplacer à jamais par la standard du « P.P.P. », personne prudente et précautionneuse (5).

 

L’abandon à la référence exemplaire du B.P.F. s’impose d’autant que même si les outrances de l’ordre patriarcal, tels qu’Hésiode les martèle, sont, en Occident, derrière nous :

 

« Une maison, tout d’abord, un bœuf de labour, une femme,

achetée, et non pas épousée, qui suive les bêtes. »(6)

 

« Que la femme à la croupe aguicheuse ne piège ton âme,

par ses mots caressants, elle qui n’en veut qu’à ta grange.

Il se fie aux voleurs, celui qui se fie à la femme.

Puisses-tu n’avoir qu’un fils pour nourrir la fortune »(7)

 

« la bête immonde » est loin d’agoniser partout et c’est toujours bien le cadre mental patriarcal qui gouverne tous les aspects importants de notre société (…du sport à l’économie)(8) .

 

Alain LEBRUN

 

 

________________________________________

(1) Le latin, pour lui donner plus de profondeur, se plaisait déjà à utiliser un génitif archaïque en –as, au lieu du génitif normal en –ae, s’agissant des père, mère, fils et fille de famille.

(2) 50, 16, 195, 2. Familiam dicimus plures personas quae sunt sub unius potestate.

(3) Si le mariage est avec confarréation (confarreatio).

(4) Sauf loi spéciale en faveur de femmes nommément désignées (par exemple, la lex Horatia) et à l’exception des Vestales.

(5) La Cour de cassation française, dans ses arrêts du 3 mars 2010 et du 18 mai 2011, a consacré le principe de précaution comme source de responsabilité civile en cas de manquement.

(6) Les travaux et les jours, 405-406.

(7) Les travaux et les jours, 373-376.

(8) Voir à ce sujet A. Lebrun, Prénom floraux,2014, éditions Sang de la Terre, chapitre final « Revégétaliser la pensée ou la fin du Patriarcat ? ».

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 
X
Password:
Wrong password.